Pour la première fois, des crédits sont alloués à l’Inclusion Numérique #Budget2019

L’illectronisme est un combat de notre génération au même titre que l’illettrisme fut celui de nos aînés. La semaine dernière, dans le cadre de la discussion du Projet de Loi de Finances 2019, le Gouvernement a déposé un amendement visant à abonder de 10 millions d’euros la mise en œuvre de la stratégie nationale pour un Numérique Inclusif.  

 

Un sujet de société majeur

1 français 5, soit 13 millions de personnes, est exclu du Numérique. Tandis que 100% des démarches administratives devraient être dématérialisées d’ici 2022, il n’est pas concevable que près d’un quart des Français ne puissent plus accéder à leurs droits.

Et au-delà, on le voit bien, le numérique conditionne déjà aujourd’hui l’accès à toute la société :  80% des offres de d’emplois sont publiées sur internet, 72% des français passent par la toile pour trouver un logement, 77% sont membres d’un réseau social et 85% des services publics sont accessibles en ligne.

En septembre dernier, Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat chargé du Numérique lançait le Plan National pour un Numérique Inclusif. Parmi les mesures-clés, le « Pass Numérique », qui prend la forme d’un chèque (comme le chèque-restaurant par ex.), donnera accès à un atelier de formation et d’accompagnement à l’outil numérique, auprès des principaux services publics de proximité ou d’associations, dans des lieux labellisés et de qualité.

10 millions d’euros directement affectés à l’Inclusion Numérique

De manière inédite dans une Loi de Finances, une ligne de 10 millions d’euros a été directement affectée à l’Inclusion Numérique, dans le Budget de l’Etat.  Un budget modeste au regard des enjeux qui permet d’activer des effets de levier. A ceci s’ajouteront un co-financement des collectivités (via notamment la mobilisation des fonds européens) mais aussi une enveloppe de 5 millions d’euros de la Banque des Territoires (Caisse des dépôts) et des entreprises privées avec la création d’une Fondation ad hoc.

Un véritable changement d’échelle

Je milite pour que cette ligne budgétaire soit abondée et de façon significative dans les prochaines années.

Le Numérique, c’est à la fois une technique, un langage, un socle de connaissances, une culture, et il doit maintenant rentrer dans la sphère de l’apprentissage au même titre que les apprentissages fondamentaux : lire, écrire et compter.

Et en même temps, le Numérique est une matière flexible, par essence en perpétuelle évolution, elle réclame une formation agile, innovante, modulable. Elle nécessite la mobilisation de tous les acteurs, de tout l’écosystème de l’éducation et de la formation : du Périscolaire au Lycée, en passant par les Missions locales et les acteurs associatifs du quotidien.

Pour financer un tel dispositif de long terme, j’ai suggéré que les bénéfices de la dématérialisation des procédures administratives soient à l’avenir en partie consacrés à l’Inclusion Numérique.

De cette façon, nous pourrions assurer un financement lisible, vertueux et pérenne à une politique publique qui l’est tout autant.

 

Pour aller plus loin :

Mon intervention en séance

 

http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2018-2019/20190051.asp#P1496175