Édito : Solidaire et engagée envers les acteurs économiques #COVID19

Voici maintenant plus d’un mois que notre quotidien est bouleversé par les mesures de confinement, liées au Covid-19. Pour autant, avec l’ensemble de mes collègues, de mon équipe, notre travail se poursuit à distance, à l’Assemblée nationale, comme au sein de notre circonscription.Nous avons ainsi adopté cette semaine ce que l’on appelle, dans le jargon politique, le “PLFR2“.

Il s’agit du 2ème Projet de Loi de Finances Rectificative adopté en cette période d’urgence économique et sociale. (Pour rappel, la première loi de finances rectificative avait été adoptée fin mars, 10 jours à peine après le début du confinement). Des lois de Finances rectificatives pour adapter le budget de l’État aux situations d’urgence.

Ces lois de finances rectificatives permettent d’adapter le Budget de l’État à la situation d’urgence actuelle et de financer, notamment, les mesures de soutien à l’économie : fonds de solidarité, prêt bancaire garanti par l’État, chômage partiel etc.

Ce travail d’adaptation est indispensable et nécessaire.
Il mobilise le gouvernement, les services de l’État et tous les parlementaires, députés et sénateurs, et sera probablement reconduit, sur des questions essentielles et parce que dans cette période de crise, nous avons tous à être réactifs dans les solutions que nous apportons. Le travail parlementaire, c’est aussi le contrôle et l’évaluation. C’est ce travail que nous avons engagé depuis plusieurs semaines au sein de la commission Finances, dont je suis membre. Contrôler et évaluer sur le terrain, si les décisions sont comprises et surtout si elles sont correctement mises en application, repérer les dysfonctionnements et faire en sorte de pouvoir débloquer des situations :Est-ce que les banques et les assurances jouent le jeu ? Les versements sont-ils bien engagés ? Les reports de charges sont-ils opérationnels ? …Autant d’ajustements, nécessaires à la mise en œuvre sur les territoires, des décisions économiques, d’une manière qui soit la plus rapide, efficace et juste possible. Par ailleurs, au sein de la Commission Finances, j’ai pris la responsabilité d’un groupe de travail sur les sujets de reports de charges, de crédits interentreprises et d’assurance-crédit. Nous auditionnons et évaluons auprès des grands services de l’Etat, des grands groupes de notre économie, des Chambres consulaires, mais aussi des entrepreneur.e.s locaux, le déploiement des dispositifs sur le terrain. C’est aussi de cette manière que nous adaptons les mesures jour après jour au plus près de vos préoccupations et cas particuliers.

Pendant de nombreuses années, j’ai été moi même chef d’entreprise. J’ai vécu des situations parfois dramatiques, d’un point de vue économique et humain. Je prends ainsi toute la mesure des difficultés et drames que vous pouvez vivre, et cela nourrit mon travail parlementaire à chaque instant.