Le monde de la Culture « joue la solidarité »

« Le monde de la culture joue sur la scène de la solidarité, se mobilise, innove, et prépare la sortie de crise… »

Sans conteste, le secteur de la culture est de ceux qui payent le plus lourd tribut à la crise. Le spectacle vivant, avec une incroyable capacité d’adaptation, a su relever le rideau sur des salles en jauge réduite. Un pis-aller vite balayé par un nouveau confinement.

L’incertitude qui pèse sur la réouverture des lieux plonge les acteurs culturels dans un grand désarroi : comment construire une programmation, comment continuer à travailler et à répéter sans possibilité d’anticiper, d’organiser l’après-confinement ?

Comme l’a rappelé la ministre Roselyne Bachelot, « Le secteur de la culture a été soutenu au printemps dernier. Il l’est aujourd’hui. Il continuera à l’être demain en 2021, quoiqu’il en coûte ». De nombreuses aides et mesures d’accompagnement sont prolongées et adaptées, notamment dans le cadre du Projet de loi de finances rectificatif, PLFR4. Mais il reste encore « des trous dans la raquette » qu’il nous faut réparer. C’est pourquoi il m’est essentiel, dans le cadre de mes missions de parlementaire et en tant que rapporteure spéciale du budget de la mission culture, de rester en lien et à l’écoute du terrain, des acteurs et structures qui font notre exception culturelle française. Ce fut le cas ce mardi 17 novembre, lors d’une rencontre-visio. Ce fut le cas ce mardi 17 novembre, lors d’une rencontre-visio, organisée à l’initiative de Fabien Robert, élu bordelais et associant ma collègue Sophie Mette, députée de la 9ème circonscription de Gironde et membre de la commission des affaires culturelles. Plus de deux heures de riches échanges durant lesquels nous avons pu apporter des précisions sur les dispositions mises en œuvre et recueillir les témoignages sur les difficultés rencontrées par les participants, en particulier pour les arts visuels ou les arts circassiens.

Malgré l’impossible contexte créé par la situation sanitaire, j’ai été frappée de voir que le monde de la culture ne baisse pas les bras. Il se mobilise, innove, reste solidaire… En témoignent les nombreuses propositions concrètes et suggestions remontées à l’occasion de cette rencontre.

Si cette crise doit avoir des effets positifs, c’est ceux de faire tomber les barrières et rapprocher les artistes quel que soit leur discipline. C’est sans doute aussi de renforcer ce lien plus direct avec les parlementaires.  C’est pourquoi j’ai proposé dans les mois difficiles qui s’annoncent de poursuivre régulièrement nos échanges et de les structurer au travers de rencontres thématiques.

N’oublions pas non plus le public, qui souffre de cette situation et reste dans l’attente. Ensemble, il nous faudra le rassurer et l’encourager à revenir au théâtre, au musée, au cinéma, retrouver l’irremplaçable expérience du bonheur partagé de découvrir une œuvre …